Joomla, Spip et WordPress : Quels CMS pour quels usages ?

Pour bien débuter la rubrique Blog de Wolforg, j’ai décidé de republier un article qui date de l’année dernière mais qui reste toujours d’actualité. Cet article faisait partie de ce que l’on appelle un « Guest-Blogging » sur le regretté Weezonaute.fr c’est à dire qu’un responsable de site demande à d’autres intervenants de rédiger un article sur le dit-site sur une thématique imposée ou pas…
Dans le cas présent la thématique était libre et je me suis à l’époque lancé dans un « mini-comparatif » de quelques CMS en privilégiant les usages plutôt que les fonctionnalités. Mais assez de bavardages, je vous laisse lire cet article et n’hésitez pas à troller ré@gir dans les commentaires, ils sont là pour ça.

Dans le cadre de mon activité professionnelle centrée sur les CMS issus du logiciel libre, on me demande très souvent quel outil je préfère et pourquoi. Quand je faisais du hardware la même question revenait de manière aussi récurrente à propos des machines et la réponse est à peu de choses près la même à savoir : Ca dépend, c’est pour quoi faire?.

Joomla, Spip et WordPress :

Les points forts :

Joomla est puissant, très puissant, et même des fois trop puissant. Sa conception en a dérouté plus d’un et personnellement j’ai mis un bon moment à comprendre pourquoi il y a avait une notion de section en plus des traditionnelles rubriques, mais avec Joomla il est possible de faire à peu près tout ce que l’on souhaite mis à part peut-être du flash généré à la volée par du php :-) .

Le moteur est stable, les templates ainsi que les plugins sont très nombreux et les mises à jour sont fréquentes. Les plugins sous Joomla sont apellés des composants bien qu’il y ait aussi une notion de plugins que l’on apelle des bots (je vous avais dit que ca pouvait rapidement devenir compliqué); parmi les plus utilisés citons Fireboard qui permet de gérer un forum complètement intégré à Joomla, Community Builder qui permet de créer au sein de son site Joomla une communauté type « réseau social », Joomfish qui transforme votre site « standard » en site multilingue, RSGallery qui permet de gérer simplement une galerie d’images complètes, sans oublier le fabuleux Joomla Pack qui sauvegarde, restore ou transfère votre Joomla en deux temps/trois mouvements.

Spip est celui des 3 CMS de ce comparatif qui a la plus grande ancienneté (2001 alors que WordPress est arrivé en 2003 et Joomla en 2005) ce qui ne fait pas de lui un CMS vieillot loin de là. Spip n’est pas vieux il est mature. C’est aussi lui qui m’a fait découvrir les CMS un matin de Mai 2004 et mon entourage peut confirmer que cela a été un vrai choc (j’ai du ne parler QUE de Spip pendant 18 mois à la louche).

Spip possède depuis sa version 1.9 une notion de plugins au sens propre du mot, c’est à dire qu’ils ne touchent pas au coeur du petit écureuil, avant cela il existait un système équivalent mais moins propre (des forks quoi). En terme de templates (chez les Spipiens on dit squelettes), le choix est moins grand que pour Joomla ou WordPress mais il est de qualité et soutenu par de vraies équipes du genre Beespip ou Maguzine pour ne citer qu’eux. Mais les deux gros points forts de Spip sont sa simplicité (j’ai vu des mamies maitriser la bête après deux petites heures de formation) et sa communauté très complète, vous y trouverez des développeurs hyper pointus, des utilisateurs avancés qui testent les Releases Candidates sur les SVN pendant des jours pour faire remonter les bugs avant la version finale et des utilisateurs simple rédacteurs qui trouvent toujours des méthodes originales pour mettre en page leurs contenus (opc m’a fait passer de sales moments par exemple  ). Cette communauté est en grande majorité francophone et il est à noter que Spip est nativement multilingue.

WordPress est ma découverte la plus récente en terme de CMS, je l’ai croisé l’été 2007 à l’occasion de l’ouverture d’un blog pour un ami (Raoul, si un jour tu lis ces lignes, c’est de toi que je parle là) . Avant cela un blog à mes yeux c’était une bouse infâme qu’on trouvait sur Skyblog et qui était strictement interdit aux plus de 14 ans :-D.

J’ai commencé par comparer WordPress avec Dotclear et rapidement le premier s’est imposé grâce à une fonctionalité que ni Dotclear ni aucun des autres CMS cités plus haut ne possède à savoir la possibilité de classer une publication dans plusieurs catégories, c’est peut-être un détail pour vous mais que celui qui n’a jamais eu a faire le choix cornélien de la rubrique unique dans laquelle doit se trouver un article me jette la première pierre.
Les gros points forts de WordPress sont sa multitude de templates (sous WordPress on dit des thèmes et j’ai même entendu dire que des communautés de traducteurs de thèmes se construisaient ), ses plugins plus nombreux que les grains de sable au Petit Travers (si vous n’êtes pas de l’Hérault, ne cherchez pas à comprendre), ses mises à jours fréquentes (qui à dit trop fréquentes?), sa simplicité rédactionnelle qui égale celle de Spip (malgré quelques soucis avec les sauts de lignes) et surtout sa communauté francophone qui réussit à être très efficace (les versions FR sortent moins de 48h après les VO) malgré le désavantage d’utiliser un logiciel non-francophone et à fédérer un maximum de personnes pour le bien du plus grand nombre. Deux exemples : Le forum francophone et les Wordcamp.

Les points faibles :

Le tour d’horizon des points faibles des ces 3 CMS va forcément être plus vite fait que pour les points forts sinon ils ne vaudraient pas la peine qu’on parle d’eux, mais ils ont tous leur petit défauts qui le plus souvent sont directement liés à leur qualités (ça va, vous suivez toujours là?)

Pour Joomla le plus gros souci est sa relative complexité pour celles et ceux n’étant pas rivés derrière leur écran à logueur de journée (et ils sont plus nombreux qu’on pourrait le croire), et je ne parle pas d’installation ou de paramétrage mais bien de rédaction de contenu, là ou Spip ou WordPress vous emmenent en deux clics maxi sur l’interface, c’est quand même un peu plus long sous Joomla et ensuite il faut décider si on veut ou pas cette publication sur l’acceuil, et puis changer les paramètres de cet acceuil car avec la longueur du titre, 3 colonnes ça fait trop il vaut mieux passer en deux; enfin bref, si en plus c’est un site à « plusieurs mains » ca peut rapidement devenir pénible « pourquoi t’as mis ton article en home et pas le mien hein? C’est pas parce que t’es admin que t’as tous les droits, hein!!  » etc,etc…).  Donc à titre pro j’ai tendance à le conseiller aux structures ayant un (ou plusieurs) informaticien(s) dans leur locaux sinon c’est plutôt un coup à les dégouter des CMS qu’autre chose bien qu’il y ait des exceptions  à toute règle (spéciale dédicace à magalex).

Spip a lui aussi quelques défauts, le plus évident étant qu’il est moins simple à personaliser que ses concurrents (si l’on peut parler de concurrence entre logiciels libres), un des plus gros reproches qui a été fait au petit écureuil est que l’on risquait de se retrouver avec un web uniforme où les sites auraient tous un petit air de famille, ce défaut s’arrange avec la version 2.0 qui sort après de longs mois de gestation mais on est malheureusement encore loin des templates de Joomla ou de WordPress.

Wordpress a de son côté moins de défauts (toujours de mon petit point de vue) que les deux autres, s’il fallait lui en trouver un cela se situerait au niveau de son éditeur HTML qui a quelquefois des comportements…très bizzares.
Cela se compense avec des éditeurs alternatifs (FCKEditor par exemple) mais cela peut perturber au début et surtout c’est assez difficle à expliquer à un client ;-)

Conclusion :

Sans vouloir systématiser j’aurais tendance à dire que :

  • Pour le site d’un particulier, d’une petite entreprise ou d’une association, WordPress est une bonne solution ainsi que Spip.
    Les rédacteurs vont pouvoir rapidement prendre du plaisir à publier sans trop se prendre la tête avec la technique.
  • Pour une entreprise de taille plus conséquente, une administration ou pour faire un portail, Joomla est adapté sous réserve qu’un ou plusieurs informaticiens soient intégrés dans ces structures.

P.S. :
Bien évidemment il existe une tripotée de CMS et le but de cet article n’était pas de faire une liste exhaustive de ce qui existe, il existe des sites dédiés pour cela tels que CMS Matrix ou Open Source CMS et les puristes pourront me dire : « Euh, mais là t’as pas parlé de Drupal, et CMS Made Simple c’est pas de la bouse en barre non plus hein; et Ez Publish hein, pourquoi tu dis rien sur Ez Publish?« . Ce à quoi je répondrai deux choses :

  1. Et les commentaires ça sert à quoi alors? Si tu as quelque chose à ajouter ne te gène pas, « lache ton comm » comme ils disent chez Blogspot ;-)
  2. Tu trouves pas que cet article est déjà assez long comme ça, sérieux?

Ré@gissons, p@rticipons…
Didier

12 Commentaires

  1. Cédric dit :

    A noter l’initiative récente autour de SPIP concernant la construction d’une galerie de thèmes http://www.spip-contrib.net/Themes

  2. LexatiF dit :

    Petite contribution : pour simplifier les mises à jour sous joomla, il existe maintenant des outils aboutis (Content Construction Kit) qui permettent (notamment) de personnaliser l’administration des articles (et ce sans toucher au noyau de Joomla). En formatant l’interface avec des champs paramétrables, il n’y a plus qu’à remplir des champs prédéfinis (titre, sous-titre, synthèse, photo 1, photo 2, etc…), la mise en page se fait toute seule, du bonheur !
    Mon choix s’est porté sur jSeblod CCK (www.jseblod-cck.com), c’est ce qu’il manquait à Joomla et ça reste libre !

    • Wolforg dit :

      @LexatiF : Merci pour cette contribution
      A ce que je vois JSeblod a l’air de simplifier considérablement le rédactionnel pour Joomla, ce qui est une excellente idée ;-)
      Faut absolument que je refasse du Joomla moi :-D

  3. Pascal Noyel dit :

    Bonjour,

    Excellent article. Je viens de commencer mon blog avec WordPress.
    J’hésitais entre Dotclear et WordPress. Je me posait eégalement des questions concernant Joomla puisque notre site web est développé avec ce CMS.

    Je me permet de mettre un lien sur cet article sur mon blog.
    A bientôt

    http://entreprise-numerique.fr/?p=9

  4. tetue dit :

    SPIP a lui aussi quelques défauts, le plus évident étant qu’il est moins simple à personnaliser que ses concurrents : c’est faux ! Contrairement à d’autres CMS, SPIP N’IMPOSE AUCUNE LIMITE à la personnalisation des templates/squelettes, puisque le webmestre est libre de construire les gabarits HTML/CSS, en toute liberté, avant d’y injecter le code SPIP pour programmer le fonctionnement du site. S’il y a une limite, c’est donc dans la capacité du webmestre, mais certainement pas dans le système.

    Mais tu voulais peut-être dire que SPIP ne propose pas de galerie de thèmes sélectionnables d’un clic. Et pour cause ;-)
    Une telle galerie suppose une structure HTML de référence et c’est précisément ce que SPIP n’impose pas, préférant laisser totale liberté en cela. SPIP, c’est libre, très libre.

    Depuis peu, comme le signalait Cédric plus haut, SPIP arrive à préserver cette liberté ET permettre l’usage des thèmes graphiques, y compris ceux d’autres CMS (il suffit de déclarer la structure HTML correspondante pour en bénéficier). C’est grave épatant.

  5. herve dit :

    Sans être programmeur, avec Spip on arrive a obtenir ce que l’on veut (avec beaucoup de recherche, mais la communauté répond bien)la limite est dans le webmaster pas dans spip. J’ai testé les 2 autres, très compliqué pour changer le moindre truc. Faut prendre le theme et les plugins qui vont avec et basta…

  6. Wolforg dit :

    @tetue et herve,

    Si vous lisez bien cet article (qui commence à dater) vous constaterez que son but n’est pas de dire « tel CMS est mieux que celui-ci » ou inversement mais bien de les mettre en comparaison selon les usages (en fait selon l’utilisateur final qui aura à le gérer).
    D’autre part, dans la conclusion Spip et ex-aequo avec WordPress mais en pratique mes clients préfèrent le second pour sa simplicité d’utilisation (bcp sont rebutés par les raccourcis typographiques), maintenant tout est question de point de vue et d’expériences.

    En tout cas merci pour vos commentaires :-)

  7. Squirrel dit :

    Bonjour,

    Spip est pour ma part en avance sur un principale aspect, sont propre language ! Au lieu de programmer un long code pour une requète complexe avec jointure, une belle boucle Spip suffit ! De plus Spip à la particularité de créer lui même la base de donnée si elle n’existe pas lors de l’installation :) Sa simplicité de personnalisation permet de faire de jolie thème moderne et en html5 rapidement si on le souhaite !!! Mais les autres CMS ont aussi leurs propres avantages, tout dépend de votre sensibilité et de votre besoin. Aucun CMS n’est plus fort qu’un autre, mais plus les CMS évoluent plus on parle de CMF pour Content Management Framework. Et là çà commence devenir très puissant, je pense que le CMS/F du futur sera celui qui pensera au mieux à son optimisation et facilité la vie du programmeur et du responsable éditoriale. Pensons optimisation, économisons de la ressource !

    Squirrel :D

  8. [...] départ je proposais 3 CMS : Spip, Joomla et WordPress – plus d’infos ici. Rapidement la simplicité de la partie admin ainsi que la puissance de WordPress ont fait que mes [...]